Santé

Comment fonctionne le système de santé ?

Au Sénégal, un centre de santé est une entité plus petite qu'un hôpital. Le personnel d'un centre de santé se compose de médecins, d'infirmiers et de sages-femmes, qui sont fonctionnaires et salariés par l'état ; plusieurs agents de santé sont engagés par le comité de développement sanitaire qui leur paye une petite indemnité (variable en fonction des revenus du Centre de santé).

Le centre de santé supervise plusieurs postes de santé et maternités situés dans les villages ou quartiers environnants. Un poste de santé est géré par un infirmier chef de poste, éventuellement une sage-femme et des agents de santé.

Au Sénégal, un poste de santé est dirigé par un « comité de santé ». Le comité de santé est choisi parmi les membres de la commune ou des quartiers environnants, instituteurs, pharmaciens, dirigeants, tous bénévoles.

Le poste de santé supervise plusieurs cases de santé, gérées par des agents de santé formés aux premiers secours, et plusieurs maternités réparties dans des plus petits villages, gérées par des matrones formées aux accouchements simples.

Historique du poste de Santé « Belge » à Ziguinchor

Le dispensaire appelé localement « Hôpital des Belges » ou poste de santé de Néma a été construit en 1985 par une ONG Belge, sur un terrain de plusieurs hectares dans le quartier Néma à Ziguinchor, capitale de la Casamance dans le sud du Sénégal.

Au poste de santé de Néma, trois personnes sont rémunérées par l’état : deux infirmiers et une sage-femme. Les autres membres du personnel sont rémunérés par les rentrées financières du poste, leur rémunération est très faible : elle se situe entre 75 et 110 euros par mois. Les patients payent les consultations, les analyses de laboratoire et les soins, le Comité de Développement Sanitaire gère ces revenus et décide de l’attribution de ceux-ci : achat de médicaments, petit matériel, rémunération du personnel et entretien des locaux.

Yves van den Branden a été chargé de la mise en route du dispensaire en 1985 dans le cadre de son service civil en tant que médecin. Il y a vécu 2 ans avec son épouse Martine qui s’est occupée des consultations de pédiatrie. A cette époque il y a organisé les consultations adultes et pédiatriques, la salle de soins, la salle d’injections, le laboratoire et la pharmacie. Les agents de santé ont été formés pour ces différentes consultations, ceux-ci travaillant sous la supervision de l’infirmier chef de poste. Les campagnes de vaccination, les pesées des bébés et leur suivi nutritionnel ont également été mises en route.

Depuis lors le poste de santé a été agrandi et une petite maternité en fait partie.

De 1990 à 2009 des mouvements indépendantistes ont provoqués un ralentissement de toutes les activités de développement et le déplacement des habitants de nombreux villages qui ont été minés. Toute activité en dehors des bâtiments était devenue dangereuse mais le poste de santé "belge" a continué à fonctionner sans les belges.

Lorsque Martine et Yves van den Branden sont revenus à Ziguinchor en 2012, ils ont retrouvé une partie du personnel formé 25 ans plus tôt, fidèles au poste.

Ils ont depuis lors participé à l’organisation d’événements et à la récolte de fonds au profit du poste de santé de Néma.

Depuis 2018, nous avons apporté chaque année 200 kg de matériel.

En 2019 et 2020, CASA for LIFE a organisé des séjours solidaires avec un groupe de 14 belges. Durant ceux-ci, nous avons participé à la rénovation du laboratoire, de la salle de soin, d’un cabinet de consultation du poste de santé de Néma, des consultations pré- et post-natales, ainsi qu’à la rénovation du logement de la sage-femme. Nous avons effectué principalement des travaux de peinture mais également des réparations, le placement de gouttières et quelques travaux de plomberie et d'électricité. Chacun et chacune a mis ses talents au profit du poste de santé. Les artistes du groupe ont décoré la salle de consultation pédiatrique, la salle de vaccination et les salles d’attentes de fresques ludiques et éducatives sur les thèmes de la propreté et de l’alimentation. Nous avons travaillé avec les sénégalais : membres du personnel et du comité de santé ou étudiants, habitants du quartier.

Certains membres du groupe ont eu l’occasion de participer aux consultations au poste de Santé et à la maternité.

Cette expérience a permis un échange culturel et a renforcé les liens avec nos collègues sénégalais.

Gros Oeuvre Gros Oeuvre Gros Oeuvre